« Une vie meilleure », Guillaume Canet va se battre pour sauver sa famille du surendettement !

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Guillaume Canet et Leïla Bekhti à l'affiche d'Une vie meilleure

Guillaume Canet et Leïla Bekhti à l

C’est un sujet difficile que celui d’aborder le surendettement.

 

Le talentueux Guillaume Canet (« Les petits mouchoirs ») dont la filmographie est enviée par les plus grands du cinéma et la charmante Leïla Bekhti (« Tout ce qui brille » « Fracture ») se réunissent pour un duo aux rôles des plus épineux. « Une vie meilleure » c’est l’histoire d’un couple que l’ouverture d’un restaurant ruinera, lui, Yann, fera tout pour empêcher que cet échec ne brise son couple.

 

Cédric Kahn, le réalisateur du film « les regrets » (avec l’excellent Yvan Attal) aborde là un sujet délicat : le surendettement. Il co-signe le scénario d’ « une vie meilleure » avec Catherine Paillé.

 

On sait désormais que la situation de la France en terme économique est encore incertaine. Et la situation ne va pas s’améliorer rapidement, malheureusement.

 

Les premières victimes touchées par le surendettement sont les ménages dits modestes, mais aussi désormais la classe moyenne tout comme les cercles les plus aisés.

 

NOUS SOMMES DONC TOUS CONCERNES et c’est là un thème fort et puissant que le réalisateur va aborder avec un savoir-faire et une finesse particulière.

 

« Une vie meilleure » est l’histoire d’un homme, père de famille, qui va tenter d’aider sa famille à sortir de l’endettement.

 

Combien de personnes vont alors retrouver leur propre vécu au travers de ce scénario ?

Il est fort à parier que le succès de ce film va être sans contexte énorme, ne laissant personne insensible.

 

Il en ressortira perceptiblement une véritable prise de conscience (ou « crise » de conscience), et provoquera inévitablement des discussions et des débats riches avec des solutions à adopter.

 

L’impact considérable est donc prévisible lors de la diffusion de ce film. Et c’est là, une formidable chance à saisir !

 

Car ce n’est plus tant les problèmes financiers qui seront exposés à l’affiche, mais bien la mise en lumière d’un problème social réel qui s’accompagne de détresse, de dépression, de sous-estime de soi, de honte et d’échec que la Société ne félicite pas.

 

Il suffit de consulter l’actualité récente : cet homme qui extermine sa famille (près d’Amiens), pour comprendre le drame quotidien que vivent ces familles qui ne savent plus où s’adresser, comment faire pour s’extirper de ces crises, quels moyens utiliser pour éviter le pire.

Ce pire qui fait la « une » des journaux de plus en plus fréquemment.

 

Ces crises dont on attribue la cause à l’insouciance (toujours cette culpabilité récurrente), alors qu’elles prennent naissance dans la majorité des cas lors d’accidents de la vie, tels une perte d’emploi, une séparation, une rupture familiale, un décès, des accidents domestiques ou de la route, un problème de santé…

 

« Une vie meilleure »…  Qui n’en a pas rêvé ?

 

Il existe des clés pour éviter les glissades vers ces situations extrêmes, il y a des portes sur lesquelles on peut frapper, en mettant sa pudeur de côté. Il y a des professionnels qui sont là pour écouter et alors proposer des solutions auxquelles on n’aurait pas songé. Dès les premiers signes du malendettement, il faut interroger un intermédiaire en opérations de banque indépendant spécialisé dans le rachat de crédits.

 

Ce film qui sera à l’affiche très bientôt apportera alors sans doute aux personnes surendettées de l’espoir de sortir du statut « d’accusés » (à tort), leur permettant de se « relever » en osant enfin s’adresser aux personnes compétentes.

 

« Une meilleure vie » devrait marquer notre époque d’un sceau de reconnaissance pour toutes désespérances…

 

 

 

Pour nous joindre :

-          http://www.e-rachat-credit.fr/

-          Responsable : Françoise Fondadouze

-          Adresse mail : contact@e-rachat-credit.fr

-          05 56 31 31 11 ou 06 10 34 43 13

 

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »