Divorce et rachat de crédit : éviter une baisse du niveau de vie

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.
Entrez votre adresse email :

Un divorce entraîne, dans la plupart des cas, de graves difficultés financières pour les deux parties. Pour remédier à cela, le divorcé peut contracter un rachat de crédit divorce.

Un rachat de crédit divorce pour les dépenses journalières

Pour deux personnes en instance de divorce qui sont habituées à deux revenus, la séparation cause parfois une baisse de revenu provoquant une dépréciation de leur niveau de vie. Dans l’immédiat, le divorcé peut subvenir à ses besoins journaliers et fournir l’argent requis par la procédure en souscrivant à un rachat de crédit divorce. En effet, cette opération offre une trésorerie supplémentaire qui lui permet de payer son loyer s’il est locataire, de régler les honoraires de son avocat et les frais de l’huissier de justice, etc. Le divorcé peut opter pour la restructuration de ses crédits immobiliers et de ses crédits à la consommation.

Le rachat de crédit divorce pour consolider toutes ses dettes

Le divorce est un des motifs qui entraîne un nombre particulièrement élevé de surendettés en France. Que ce soit pour un divorce, une séparation de corps et de biens ou une résiliation de pacs, le personne séparée doit rembourser les dettes, acquises individuellement ou conjointement durantla vie commune et qui ont été destinées aux besoins familiaux. Au cas où les deux parties n’arriveraient plus à régler leurs prêts, la banque ou l’établissement de crédit est en droit d’exiger de l’un d’eux, souvent le plus solvable, de le rembourser. Alors, pour mieux affronter la situation, il est préférable de contracter un rachat de crédit divorce. En effet, qu’il soit locataire, propriétaire ou accédant à la propriété, le divorcé peut prétendre à un rachat de crédit immobilier ou à un rachat de crédit à la consommation.

La séparation et le rachat de crédit divorce

Pour regrouper ses crédits à la consommation et ses crédits immobiliers, rembourser ses dettes et obtenir une trésorerie supplémentaire afin de subvenir aux besoins du ménage, le divorcé peut prétendre à un rachat de crédit divorce. Qu’il travaille individuellement, dans une entreprise privée ou dans la fonction publique, plusieurs formules de rachat crédit lui sont offertes.

Le divorcé peut contracter un rachat de crédit fonctionnaire dont les conditions d’acceptation sont plus souples. Alors, quand il opte pour cette formule de rachat de crédit divorce, il lui est possible de régulariser dans les plus brefs délais sa situation financière. Tandis que dans un rachat de crédit pour professions libérales, le divorcé ne jouit pas des mêmes privilèges parce qu’il est souvent difficile de différencier les actifs personnels de son compte professionnel. Alors, comme solution, il existe une formule de rachat de crédit divorce de ses crédits personnels se présentant par un refinancement immobilier avec ou sans hypothèque ou un rachat de crédit à la consommation sans garantie.

Bien que, parfois, exclu des procédures de surendettement, le divorcé artisan, commerçant ou agriculteur peut aussi contracter un rachat de crédit artisan, sous réserve de certaines conditions, à savoir : la cessation de son activité et sa radiation au registre de commerce depuis plus d’un an d’une part et d’autre part que son surendettement ne concerne pas ses activités professionnelles. Dans ce cas, le rachat de crédit divorce ne concerne que ses crédits personnels et sa trésorerie. Ce type de rachat crédit évalue l’endettement actuel du divorcé et projette son évolution possible. Alors, pour être éligible à cette formule de rachat de crédit, le divorcé doit avoir exercé son métier depuis au moins 3 ans en ayant fait des bénéfices modérés ou en hausse et doit posséder un compte à fond propre positif et une comptabilité actualisée quotidiennement.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »